Conseils d’écriture

5 questions à Grégoire Delacourt, par Sophie Adriansen

Lecture, écriture, inspiration, style, journée type… comment travaillent les écrivains ? Les témoignages d’auteurs recueillis par Sophie seront une mine de conseils d’écriture et de conseils de lecture pour la communauté de jeunes écrivains qui se pose des questions telles que « Comment écrire un livre ? » « Comment être publié ? » « Comment trouver l’inspiration ? » « Comment travailler son écriture ?… »

 

Né en 1960 à Valenciennes, Grégoire Delacourt est publicitaire. On lui doit ces fameux slogans : « Vous n’aviez jamais mangé de camembert » (Cœur de Lion), « Nous vous devons plus que la lumière » (EDF), « Un Lutti d’offert, c’est un Lutti de perdu » (Lutti).

Paru début 2011 aux éditions JC Lattès, son premier roman L’écrivain de la famille a reçu le Prix Marcel Pagnol 2011 et le Prix Rive Gauche à Paris 2011. Son deuxième roman, La liste des mes envies, fait déjà partie des bestsellers 2012.

VOUS et l’écriture ? 

 

Je n’ai malheureusement pas assez de temps pour écrire parce que j’ai un travail chronophage. L’écriture, c’est le temps des vacances, des longs week-ends ; forcément une grande joie.

Je suis notes manuscrites et clavier. Aucune manie particulière cependant, juste de la musique parfois, un climat qui correspond aux émotions que je veux écrire.

Une partie de L’Ecrivain de la Famille, par exemple, fut rédigée en écoutant le titre « Tones » du disque Café del Mar, Ibiza.

Enfin, lorsque j’écris, je lis des choses qui sont à l’opposé absolu.

 

VOUS et la lecture ?

 

Je lis huit à dix livres par mois ; de tout. Je peux craquer pour une jolie couverture, un titre, une rumeur et toujours le dernier livre d’un auteur que j’aime.

Je lis des livres neufs (c’est important d’acheter des livres). Lus, ils sont restés si neufs que je pourrais ouvrir une librairie. Mais je les donne.

A part quelques uns, je n’aime pas les garder ; les bibliothèques me font penser aux murs des crématoriums.

Quant au livre électronique, c’est le sens de l’histoire et il possède des vertus formidables. Mais jusqu’à avoir besoin d’une typo en corps 30 pour pouvoir lire, je resterai fidèle à sa version papier.

VOUS et les livres ? Internet ? …

Découvrez la suite de l`interview sur le blog de SophieLit et retrouver Grégoire Delacourt sur son site www.gregoiredelacourt.com

 

*Sophie Adriansen est écrivain (« Je vous emmène au bout de la ligne » http://www.auboutdelaligne.fr/, Editions Max Milo 2010, « Santé ! » dans Six façons de le dire, Editions du Moteur 2011, « Trois années avec la SLA », Editions de l`Officine 2012, et des nouvelles parues dans les revues littéraires Dissonances, Pr’Ose et Bordel). Plus d`infos sur son site : http://www.sophieadriansen.fr Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit (http://actualitte.com/blog/sophielit/).

 

L'Auteur

Sophie Adriansen

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis. Elle tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit. Derniers ouvrages parus : Max et les poissons (Nathan, 2015) et Naître et grandir en musique (Télémaque, 2016) http://www.sophieadriansen.fr

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *