Conseils d’écriture

5 questions à Jesse Kellerman, par Sophie Adriansen

 

Lecture, écriture, inspiration, style, journée type… comment travaillent les écrivains ? Les témoignages d’auteurs recueillis par Sophie seront une mine de conseils d’écriture et de conseils de lecture pour la communauté de jeunes écrivains qui se pose des questions telles que « Comment écrire un livre ? » « Comment être publié ? » « Comment trouver l’inspiration ? » « Comment travailler son écriture ?… »

 

Né en 1978, Jesse Kellerman, fils aîné des écrivains Faye et Jonathan Kellerman, est l’auteur de quatre romans. Parmi eux, trois sont traduits en français. Le premier publié en France, Les Visages, a été récompensé par le Grand Prix des Lectrices de ELLE 2010 dans la catégorie policier. Son troisième roman traduit en français, Jusqu’à la folie, aux Editions Les Deux Terres, est le premier qu’ait écrit le jeune écrivain.

VOUS ET l’écriture ?

 

Construire

A l’origine, ce sont les thèmes qui priment, et je construis autour. Pour Jusqu’à la folie, par exemple, je voulais situer l’intrigue à New York, où je vis, et dans le monde des études de médecine, car c’était l’univers de ma femme

Je commence toujours avec une idée très précise de ce que sera l’intrigue. Je fais un brouillon, mais en général tout change en cours d’écriture. J’ai ainsi rendu une première version de Jusqu’à la folie à l’éditeur, puis c’est devenu très différent – et mon éditeur m’a détesté pour ça.

Etre père

Ma femme et moi avons eu un enfant, cela a bouleversé notre emploi du temps, et donc changé ma façon de travailler. Aux niveaux thématique et artistique également, car ma perception a été chamboulée. J’ai l’impression que cela m’a donné plus de profondeur, car ce qui est important émotionnellement a changé – c’est un changement dans l’écriture que je perçois, tout en ne sachant pas si les autres le verront.

Aucun protagoniste de mes premiers romans n’avait d’enfant, car si je sais ce qu’est être un enfant, je découvre seulement ce qu’est être parent. Auparavant, j’étais réticent à écrire sur cette relation, je craignais que cela ne sonne faux.

Durer

Avec les années, je n’écris pas plus vite ni plus facilement, au contraire. Comme je n’écris pas de série, j’ai l’impression de réinventer un monde à chaque fois, et je dois en plus veiller à ne pas me répéter (je bénis d’ailleurs les outils de recherche informatique).

J’espère écrire de mieux en mieux, je n’ai que 33 ans, j’espère encore m’améliorer, la route devant moi est longue. En revanche, j’ai de plus en plus confiance en moi (même si je relis encore mes précédents romans dans les moments où je doute d’être capable de finir un livre), je prends de plus en plus de risques.

Sonner juste

Je fais toujours beaucoup de recherches pour mes romans, des recherches sur le terrain et à partir d’ouvrages. Il est finalement inutile de chercher à devenir un pro du sujet, l’important est de parvenir à trouver la limite entre donner une impression de réalisme et noyer le lecteur dans trop de jargon technique.

Travailler

Je tente de considérer mon travail comme un métier, et de l’appréhender avec la même régularité que n’importe quel métier. Je travaille chez moi, les interruptions sont compliquées à gérer – quand j’entends mon fils notamment. J’essaye de ne pas me trouver d’excuses pour ne pas écrire. Je m’impose une vraie discipline, un planning régulier.

J’aime les rituels, j’essaie de stabiliser l’environnement, c’est ce qui me permet d’être créatif. Certains artistes ne peuvent écrire, créer qu’à partir du chaos, que si leur vie est détruite, moi non. Je suis quelqu’un de très ennuyeux, finalement !

VOUS et la lecture ?Vos livres ? Vos projets ? … Découvrez la suite de l`interview sur le blog de SophieLit

*Sophie Adriansen est écrivain (« Je vous emmène au bout de la ligne » http://www.auboutdelaligne.fr/, Editions Max Milo 2010, « Santé ! » dans Six façons de le dire, Editions du Moteur 2011, « Trois années avec la SLA », Editions de l`Officine 2012, et des nouvelles parues dans les revues littéraires Dissonances, Pr’Ose et Bordel). Plus d`infos sur son site : http://www.sophieadriansen.fr Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit (http://actualitte.com/blog/sophielit/).

 

L'Auteur

Sophie Adriansen

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis. Elle tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit. Derniers ouvrages parus : Max et les poissons (Nathan, 2015) et Naître et grandir en musique (Télémaque, 2016) http://www.sophieadriansen.fr

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *