Conseils d’écriture

5 questions à Laurent Binet, Prix Goncourt du Premier roman 2010, par Sophie Adriansen

 

 

 

 

 

 

Lecture, écriture, inspiration, style, journée type… comment travaillent les écrivains ? Les témoignages d’auteurs recueillis par Sophie seront une mine de conseils d’écriture et de conseils de lecture pour la communauté de jeunes écrivains qui se pose des questions telles que « Comment écrire un livre ? » « Comment être publié ? » « Comment trouver l’inspiration ? » « Comment travailler son écriture ?… »

 

Né en 1972 à Paris, Laurent Binet est agrégé de lettres modernes. Il a enseigné en Slovaquie puis en Seine-Saint-Denis. Il se consacre entièrement à l’écriture, notamment via le journalisme littéraire.

Son premier roman, HHhH, a reçu le Prix Goncourt du Premier roman en 2010.

VOUS et la lecture ?

Je dois lire environ une dizaine de livres par mois. J’ai beaucoup d’auteurs de prédilection et la liste serait trop longue, de Shakespeare à Bret Easton Ellis. En ce moment, je lis beaucoup de romans américains, et je dois dire que je les trouve très forts.

Comme de nombreux lecteurs, je crois, j’ai tendance à sacraliser les livres, et c’est une tendance que je combats : ce qui compte dans un livre, c’est le contenu, pas le contenant, mais je ne peux pas m’empêcher d’apprécier l’objet, et je suis toujours un peu triste quand je découvre qu’un de mes livres a été abîmé, corné, déchiré, mouillé, même s’il est encore parfaitement lisible. En revanche, je les annote quasiment tous : ce sont mes livres, je n’ai pas l’intention de les revendre, donc je n’ai pas de scrupule à les surligner. J’ai presque toujours un surligneur sur moi. J’aime bien l’idée que si je reprends un livre, même des années plus tard, je vais pouvoir retrouver tout de suite les passages qui m’ont semblé importants ou les citations qui m’ont semblé intéressantes.

Je crois à l’avenir du livre électronique, je pense même qu’il a déjà un présent mais je retiens aussi l’optimisme d’Umberto Eco qui dit que le livre papier est un objet parfait, comme la roue ou la cuillère, qu’on ne peut pas améliorer. J’aime bien l’idée de pouvoir télécharger les œuvres complètes de Michelet sur mon iPhone, mais j’aime encore plus avoir mon bon gros bouquin papier à la plage. Je pense que les deux peuvent et vont coexister.

VOUS et l’écriture ?

J’écris quand je le sens, je ne me force jamais, et je n’ai aucune règle. Cette absence de discipline me rend, je dois dire, assez peu productif.

Je suis passé au clavier il y a déjà pas mal de temps, après avoir pensé que jamais, au grand jamais… J’aimais bien écrire sur mon petit cahier avec mon joli Parker, mais j’avoue que le clavier, c’est quand même très pratique, et puis de toute façon, taper son texte est une étape obligée alors autant le faire directement, ça gagne du temps.

VOUS et les livres ? Internet ? Vos projets ? … Découvrez la suite de l`interview sur le blog de SophieLit .

 

*Sophie Adriansen est écrivain (« Je vous emmène au bout de la ligne » http://www.auboutdelaligne.fr/, Editions Max Milo 2010, « Santé ! » dans Six façons de le dire, Editions du Moteur 2011, « Trois années avec la SLA », Editions de l`Officine 2012, et des nouvelles parues dans les revues littéraires Dissonances, Pr’Ose et Bordel). Plus d`infos sur son site : http://www.sophieadriansen.fr Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit (http://actualitte.com/blog/sophielit/).

L'Auteur

Sophie Adriansen

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis. Elle tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit. Derniers ouvrages parus : Max et les poissons (Nathan, 2015) et Naître et grandir en musique (Télémaque, 2016) http://www.sophieadriansen.fr

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *