Conseils d’écriture

5 questions à Nicolas d’Estienne d’Orves, par Sophie Adriansen

Lecture, écriture, inspiration, style, journée type… comment travaillent les écrivains ? Les témoignages d’auteurs recueillis par Sophie seront une mine de conseils d’écriture et de conseils de lecture pour la communauté de jeunes écrivains qui se pose des questions telles que « Comment écrire un livre ? » « Comment être publié ? » « Comment trouver l’inspiration ? » « Comment travailler son écriture ?… »

 

Nicolas d’Estienne d’Orves est né en 1974. Journaliste, chroniqueur et critique musical, il a écrit des romans (dont « Othon », prix Roger-Nimier 2002, Coup de Fourchette en 2010), des essais et des nouvelles.

VOUS et la lecture ?

Je lis peu lorsque je suis à Paris : comme je vais à l’opéra trois fois par semaine, mes soirées sont occupées ; et quand j’écris, lire autre chose me pirate l’esprit. Je me rattrape l’été, période dont je profite pour lire ou relire des classiques, la Pléiade ou Simenon. Pour les romans récents, je laisse le temps faire son travail : s’ils sont toujours là au bout de quelques années, c’est qu’ils valent le coup que je les lise. Je fais le pari de la durée comme preuve de qualité.

J’aime les livres d’occasion, les bouquinistes, l’odeur de poussière qui émane des pages. Il y a un rapport charnel, tactile, sensuel même avec le livre. C’est pour ça que le livre électronique, sûrement très pratique pour les éditeurs, me fout les jetons. Je suis un vieux con, j’aime écrire sur les livres, jouer avec, corner les pages. Pourtant, je numérise la musique, les films [pas si vieux con alors, ndlr]. Mais lire sur un support électronique, c’est comme regarder une pièce de théâtre à la télé. On perd toute la saveur. Tourner les pages, consulter les tranches alignées dans sa bibliothèque, cela fait partie du plaisir de la lecture.

VOUS et l’écriture ?

Mon écriture obéit à un rituel précis, très codifié.

C’est notamment aux Etats-Unis, où je passe tous mes étés, dans une petite maison non loin de la frontière canadienne, au bord du Saint-Laurent, que je prends les notes qui vont faire naitre le schéma d’un texte. J’écris dans des cahiers qu’on ne trouve qu’aux Etats-Unis, puis je mets cela en forme avec le clavier.

Pour un roman, je séquence l’intrigue comme un film, je détaille le plan chapitre par chapitre, je construis une bible des personnages. C’est ce premier travail que je soumets à l’éditeur.

Si l’idée lui plait, je m’y mets, un chapitre par jour, chaque fois de 6h à 10 ou 11h du matin, avec au moins deux litres de thé. Autant de jours qu’il y a de chapitres, qu’il y en ait 10 ou 100. Je ne relis pas ce premier jet tant qu’il n’est pas terminé. Ensuite, je reprends le tout et je réécris. Enfin, j’imprime mon texte et je le corrige à la main, avec le stylo à encre violette que l’on m’a donné à l’époque de mes premiers livres.

Tous ces rituels permettent de me rassurer, de cadrer une activité pour laquelle je suis seul maître à bord. Et j’ai toujours besoin de savoir que ce que j’écris est attendu par l’éditeur. Le contrat est ma carotte. J’ai toujours fonctionné comme ça, depuis mon tout premier texte, qui était une nouvelle de 50 pages.

VOUS et les livres ? Internet ? …

Découvrez la suite de l`interview sur le blog de SophieLit et retrouvez Nicolas d’Estienne d’Orves sur son site. 

*Sophie Adriansen est écrivain (« Je vous emmène au bout de la ligne » http://www.auboutdelaligne.fr/, Editions Max Milo 2010, « Santé ! » dans Six façons de le dire, Editions du Moteur 2011, « Trois années avec la SLA », Editions de l`Officine 2012, et des nouvelles parues dans les revues littéraires Dissonances, Pr’Ose et Bordel). Plus d`infos sur son site : http://www.sophieadriansen.fr Elle participe à des jurys littéraires et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit (http://actualitte.com/blog/sophielit/).

 

 

L'Auteur

Sophie Adriansen

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis. Elle tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit. Derniers ouvrages parus : Max et les poissons (Nathan, 2015) et Naître et grandir en musique (Télémaque, 2016) http://www.sophieadriansen.fr

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *