Chroniques

Pour quoi, pourquoi, pour qui écrit-on ? par Agnès Niedercorn

Voilà une question a priori compliquée. Mais pourtant simple. Je ne peux évidemment l`aborder qu`en mon nom car chacun possède ses propres raisons et je ne m`aventurerais pas à émettre des suppositions ou élaborer des théories sur ce que pensent les auteurs, écrivains, professionnels ou amateurs, en général. Pourquoi la question me semblait-elle complexe ? Parce que je voulais y répondre en partant de mon point de vue d`adulte. Or, c`est un mauvais angle.

Pour ce qui me concerne, je dois, en effet, commencer par le commencement ! Et me glisser dans la peau de celle que j`étais… à sept ans. Quand tout était simple. Quand tout allait de soi. A cet âge-là, ma spontanéité et mes envies dépassaient de loin mes doutes (en avais-je seulement ?). A cet âge-là, l`environnement, les conventions, ce qui se fait ou ne se fait pas, la peur, la honte, les risques, ce que pensent les autres, les complexes, les jugements de valeur n`existaient pas ou si peu.

Sans l`influence de personne, j`ai aimé écrire très tôt. Il y en a qui préfèrent chanter, danser, jouer d`un instrument, peindre, lire… Moi, c`étaient les mots, les phrases, le toucher du papier, les cahiers, l`encre. J`adorais les sensations du stylo ou du crayon sur la feuille. Ce besoin est, sans doute, né du fait que l`écriture offre une liberté totale et la possibilité de prendre son temps. Contrairement à l`oral, synonyme d`instantanéité. Je regardais, j`écoutais davantage que je ne parlais. Et puis l`écriture n`impose pas d`obéir à quelqu`un, de se plier aux exigences d`un groupe ou de la société. Enfant, l`écriture n`a jamais été un exutoire à mes peines comme peut le devenir un journal intime. Au contraire, elle était liée à des événements heureux : la visite d`une grotte préhistorique qui m`avait fascinée s`est traduite par un texte d`une page, mon amour pour ma grand-mère, par un portrait et ainsi de suite. Avec le temps, ces témoignages ont laissé place à des textes plus imaginatifs. C`était mon mode d`expression, tout simplement.

Puis l`adolescence est arrivée, bouleversant mes sens, mes envies comme mes repères. J`entrai alors dans une zone de turbulence qui emporta tout sur son passage, dont l`envie d`écrire. En quelques années, il ne restait plus grand chose de l`enfant que j`étais.

Mais un jour, la petite fille de sept ans a repris du poil de la bête, cognant et secourant l`adulte de ses petits poings, lui rappelant ses premiers désirs, la ramenant vers ses premières amours pour lui signifier que sa quête devait s`achever (ou commencer ?) puisque la clé se trouvait sous ses yeux, dans ses mains et sa tête.

Alors pour quoi, pourquoi et pour qui j`écris ? Et bien, j`écris pour moi, parce que c`est la seule activité où rien ne me manque, le seul métier où l`on est totalement libre de faire ce que l`on veut, où les contraintes n`existent pas, où l`on a de comptes à rendre à personne, le seul exercice qui me fait dire qu`avec mes personnages, je suis bien, à ma place.

Même si, évidemment, écrire engendre de la souffrance, entre autres… Mais ça, c`est une autre histoire !

Agnès Niedercorn a remporté le Prix Nouveau Talent 2010 avec son 1er roman Idylles, mensonges et compagnie. Vous pouvez également suivre l`auteur sur sa page Facebook.

L'Auteur

Agnès Niedercorn

Journaliste pigiste, Agnès Niedercorn habite et travaille à Paris. Elle collabore à diverses publications de la presse professionnelle ou d'entreprise. En 2010, elle a reçu le Prix Nouveau Talent pour son premier roman "Idylles, mensonges et compagnie", paru aux éditions Calmann-Lévy. Elle est également l'auteur du blog www.histoiresdeportables.com.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

2 Commentaires

  1. bonjour,
    voila je veux vous posez quelques questions au quelles j’ai toujours pas de réponses, et ces questions sont:
    écrire, une délice dans la narration comment?
    que veut dire la grandeur de l’écriture et sa splandeur?
    l’écriture, l’un des enjeu majeur de la modalisation?
    les résaux sociaux source d’écriture?
    la narration source d’inspiration de l’ecriture ?
    quand la narration se fait écriture?
    l’écriture acte de création?
    l’université un des espace de création de l’écriture?
    l’écriture expresson de la diversité culturelle?
    l’écriture source de formation de soi?
    l’écriture une aventure dangereuse périlleuse?
    voila ces des questions que je me posais, mais pas réponses
    meçi de repondre à mes questions.
    bien cordialement
    A.D.