A la une

Rencontre avec Véronique Bourlon – Directrice du Festival du premier roman de Chambéry

« Notre spécificité : ce sont les lecteurs qui font la programmation »

 

Evénement unique en son genre, le Festival du premier roman de Chambéry accueille chaque année des auteurs de premiers romans choisis par 3 000 lecteurs répartis en France et à l’étranger. L’édition 2014 se déroulera du 22 au 25 mai.

Rencontre avec Véronique Bourlon, sa directrice, passionnée et engagée.

 

Le Festival du premier roman de Chambéry a 27 ans. Pouvez-vous nous en raconter la genèse ?

Véronique Bourlon2

Au départ, un professeur de lettres d’un lycée technique de Chambéry, se demandant comment faire lire ses élèves, leur a proposé de lire des premiers romans de littérature contemporaine, non pollués par la célébrité des auteurs. Ce faisant, le professeur et ses élèves se trouvaient sur un pied d’égalité et se plongeaient ensemble dans  un pur acte de lecture : le texte, rien que le texte.

Un jour, les élèves ont demandé à rencontrer l’auteur d’un premier roman qu’ils avaient beaucoup aimé. Le professeur l’a invité et la rencontre a donné lieu à des échanges très riches.

L’année suivante, cette idée a été mutualisée avec  une bibliothèque de la ville de Chambéry. L’idée d’un festival collaboratif de lecture était née, avec ce principe qui n’a pas changé depuis : les lecteurs choisissent les auteurs invités.

 

 

Aujourd’hui, pour l’équipe du Festival, l’année se divise en eux temps : la saison de lecture puis la tenue du festival lui-même. En quoi consiste précisément la saison de lecture ?

 

De septembre à mars, un comité de présélection (composé de membres de l’équipe du Festival et de bénévoles) lit l’intégralité des premiers romans francophones parus du 1er novembre de l’année précédente au 31 octobre. Chaque roman est lu par deux personnes avec une grille de lecture. Au final, 70 ouvrages sont présélectionnés (sur 228 lus cette année).

Une présélection est également effectuée parmi les premiers romans italiens, espagnols, allemands, roumains, anglais et portugais, lus en langue originale avant même qu’ils ne soient traduits et publiés en France.

Cette présélection est ensuite diffusée à un réseau de 3 200 lecteurs en France, en Europe, au Canada et en Afrique. Ils sont pour la plupart regroupés dans des clubs de lecture, qui comptent 50% de lecteurs adultes et 50% de jeunes lecteurs (collégiens et lycéens). Ils se réunissent tous les 15 jours pour échanger leurs critiques et impressions.

Pour les publics éloignés du livre ou en difficulté sociale, des groupes de lecture ont été créés dans les hôpitaux, les centres pénitentiaires, les maisons de retraite, les centres sociaux,…

Les personnes déficientes visuelles peuvent également participer grâce aux Donneurs de voix, lecteurs bénévoles qui enregistrent au format MP3 les romans francophones et européens de la sélection.

Il est aussi possible de lire et de voter pour les romans en lice pour le Festival grâce à la plateforme numérique Alphalire.com qui présente l’ensemble des premiers romans sélectionnés (60% d’entre eux s’y trouvent en intégralité pour les adhérents du festival).

Fin février, chaque club de lecture doit présenter le fruit de son vote collectif, toujours sur la base d’une grille de critères : les 5 titres qu’ils ont préférés, classés dans l’ordre. A partir de l’ensemble des votes, l’équipe du Festival établit le palmarès final de 15 premiers romans francophones dont les auteurs seront invités au festival. Auxquels s’ajoutent près d’une dizaine d’auteurs de premiers romans européens et 5 ou 6 auteurs confirmés, anciens lauréats du festival.

Il n’existe aucun équivalent de festival de ce type, à la fois collaboratif et démocratique, en Europe : ce sont les lecteurs qui font la programmation du festival !

 

La prochaine édition du Festival aura lieu du 22 au 25 mai 2014. Que va-t-il s’y passer concrètement, aussi bien pour les auteurs invités que pour les lecteurs festivaliers ?

 

Visuel_Festival_Premier_roman_2014Pendant 4 jours, le Festival va proposer au public une exploration de la littérature en train de s’écrire, dans un esprit d’ouverture et sous le signe des rencontres et des échanges avec les auteurs. Ce sera, cette année encore,  le point d’orgue du parcours littéraire que nous aurons proposé tout au long de l’année (mise en lecture, débats, sélection,…). Différentes propositions se déclineront dans une quinzaine de lieux culturels de Chambéry (théâtres, galeries d’art, cinémas, médiathèques,…) : rencontres, tables-rondes, ateliers d’écriture, de traduction, de lecture à voix haute, spectacles, expositions, petits déjeuners littéraires, lectures d’échanges épistolaires entre jeunes et auteurs, espace librairie,…

Le Festival n’est pas un salon : vous n’y trouverez donc aucun stand. Ce n’est pas non plus une compétition, il n’y a pas de Prix d’aucune sorte à l’issue. Les auteurs invités y viennent donc pour profiter et rencontrer les lecteurs qui ont choisi de les inviter. Lorsqu’on est en train d’écrire un premier roman, on n’écrit pas pour des lecteurs puisque, par définition, on n’en a pas encore. Le Festival donne donc cette chance à ces auteurs de passer du temps avec des lecteurs avides de découvrir de nouveaux talents et de nouvelles plumes.

 

Et après le Festival, restez-vous en contact avec les auteurs invités ?

 

Bien sûr ! Nous les suivons, les accompagnons pour certains, les lisons de toute façon, et les revoyons parfois.

Un comité de suivi (à Chambéry) lit toutes les productions des anciens lauréats du Festival. Aujourd’hui plus de 400 auteurs sont « passés » par Chambéry pour leur premier roman. Au moins 50 % poursuivent leur travail d’écriture… C’est dire le nombre de romans que ces lecteurs lisent par an !

Ce comité m’alerte sur des romans (de ces anciens) particulièrement remarquables. Je les lis. On échange. 5 à 6 d’entre eux sont invités au Festival en mai, afin de croiser les « petits nouveaux » et enrichir les parcours de chacun, pour le plus grand bonheur des lecteurs et festivaliers, qui retrouvent d’année en année, des auteurs qu’ils ont lus et élus précédemment.

On parle d’eux et de leur actualité sur notre site Internet et sur les réseaux sociaux.

On propose également à certains de revenir à Chambéry au cours de la saison de lectures, de septembre à mars, pour l’animer. Dans ce cas, ce sont des auteurs qui ont une belle actualité, mais qu’on a envie de voir en plus petit comité, pas forcément pendant le Festival.

On accompagne certains dans des résidences d’auteur qui prennent des formes variées, mais qui sont plutôt des résidences courtes, dites performances littéraires, avec des restitutions pendant les journées du Festival, en présence des auteurs concernés.

Enfin, nous restons en contact, par mail, par téléphone, autour d’un verre ou d’un repas…, nous gardons de belles relations avec grand nombre d’entre eux, et les lecteurs aussi. Et c’est déjà formidable.

 

L'Auteur

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

2 Commentaires

  1. Sans doute le festival le plus sincère puisque les auteurs sont invités par les lecteurs.

    Nouvelle fabuleuse : « Paradis 05-40″ figure parmi les romans en lice cette année! Qui sait si j’aurai la chance d’être parmi les 15 auteurs désignés? Si ce devait être, ce serait une fois encore grâce aux « Nouveaux talents », à Metronews et aux éditions JC Lattès!

    Affaire à suivre… :)
    Charles Dellestable