Chroniques

Avis aux lecteurs ! « Petits mots » des libraires, info ou intox ?

Dans les librairies, les petits mots des libraires sont à la mode : écrits à la main sur un post-it ou un bristol, « trombonés » sur la couv’ des livres, ou simple coups de cœur signalés fleurissent dans les rayons.

Si vous n’êtes jamais tombé nez à nez avec ces petites notes, on vous recommande vivement de vous aventurer dans une librairie du 15ème, le Divan. Les petits mots vous sautent aux yeux : tailles, couleurs, texte, écriture, autant de différences que de libraires lecteurs. On a eu envie de les interroger sur cette pratique : pourquoi mettre des petits mots sur les livres ? L`enthousiasme des libraires ? Leur volonté de communiquer avec les clients – lecteurs ? De booster les ventes ?

A l’unisson, les libraires du Divan nous expliquent que c’est un choix personnel (et non de la direction), de passionnés. Ils prennent plaisir à les écrire et les clients en redemandent ! En effet, les clients apprécient  l’aiguillage d’un expert et le petit mot devient un  facilitateur de choix. Le libraire nous rassure, un petit mot ne se substitue pas au dialogue au contraire. Il y a des lecteurs curieux qui veulent en savoir davantage, d’autres qui font confiance et reviennent suivre la même écriture, et enfin certains déçus qui souhaitent échanger avec l’auteur du mot en personne pour comprendre et confronter leur opinion.

Il y en a beaucoup, jusqu’ à 80 messages pour 15 m² dans l’entrée, qui se superposent sur les bandeaux des prix littéraires. On pourrait se demander s’ils ne desservent pas le paysage mais ce « joyeux bordel » comme ils disent, fait le charme de la librairie. Camille, lectrice régulière partage cet avis : « nous sommes habitués à recevoir beaucoup de messages, cela signifie que c’est un lieu dynamique, qui bouge, qui vit. » Le libraire nous raconte en souriant : « un client a acheté un livre pour l’offrir mais il voulait le livre … ET le petit mot ! »

A les écouter, partager leurs avis, coups de cœur et conseils de lecture n’est ni un choix marketing ni une incitation à la vente, même s’ils y contribuent fortement. Car ces mots ont de l’effet : à l’unanimité pour les librairies qui s’y aventurent, les ventes des livres avec message augmentent considérablement. Il y a donc une sorte de prescription du libraire…

Des petits mots oui, mais point trop n’en faut !

La responsable de la 25ème heure, charmante librairie de quartier nous donne un autre avis sur ces mots qu’elle juge indispensables, mais à petite dose. Tout d’abord, le désordre. Armelle Forissier-Ringeval ne souhaite pas que les rayonnages ressemblent à un champ de bataille (longueur des mots, écritures, couleurs, …), elle a donc choisi de créer une charte et de donner une identité à ces mots, en utilisant le jeu de mots « la 25aime … + le nom du libraire ».

Ensuite, le dialogue. Cela permet au client de connaître le coup de cœur mais aussi le nom du libraire pour aller le questionner et discuter d’un livre, d’un auteur. L’échange est indispensable pour une librairie de quartier qui souhaite développer un vrai lien de proximité avec ses clients.

Le dialogue est d’autant plus indispensable que le libraire lit énormément et découvre parfois « des pépites » qu’il souhaite dévoiler. En revanche, Armelle Forissier-Ringeval préfère éviter d`orienter le choix des lecteurs avec un avis ou une critique car selon elle, chaque expérience, chaque découverte d’un livre est unique : « personne n’interprète un livre ni ne s’approprie l’histoire de la même façon ». Signaler simplement unlivre qu`on a aimé, c`est aussi une manière d’amener les clients vers la 4ème de couverture.

Alors, petits mots or not « petits mots » ?!

Amis lecteurs, vous laissez-vous guider par les petits mots des libraires ? Leurs coups de cœur orientent-ils vos choix de livres ? Et vous, amis libraires, quel est votre point de vue ? N’hésitez pas à commenter et à donner votre avis.

Un grand merci au Divan et à la 25ème heure d`avoir accepté de dévoiler leurs petits secrets de libraires en répondant à nos questions.

Le Divan, rue de la Convention, 75015 Paris

La 25ème heure, 8 place du Général Beuret, 75015 Paris

L'Auteur

Dorothée Corbier

Déléguée générale adjointe de la Fondation Bouygues Telecom, j'anime avec Céline le programme Nouveaux Talents.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

1 Commentaire

  1. Les p’tits tweets sur les livres?

    Mais ce sont des clins d’oeil aguicheurs et charmants qu’il faudrait voir fleurir dans toutes les librairies, les Fnac, les grandes surfaces. Pourquoi? Parce que ce sont des touches d’humanité, MANUSCRITES, sensibles, des avis que l’on peut supposer détachés de tout lobbying. Les libraires sont de véritables critiques littéraires indépendants car quelle importance y a-t-il à vendre un livre de cette maison d’édition plutôt que d’une autre? Sauf erreur, la marge doit être sensiblement identique (les professionnels pourront sans doute me contredire, excusez mon ignorance!). Mais comme tous les avis et critiques, ceux des libraires demeurent subjectifs.

    Une légitime question peut se poser : un livre sans post-it sur sa couverture serait-il mauvais? Quelle chance le libraire a-t-il de vendre les livres pour lesquels il n’a pas rédigé de note manuscrite? Le post-tweet(désolé pour ce néologisme, je viens de l’inventer en rédigeant mon commentaire) serait une arme à double tranchant, non?

    Il serait amusant qu’un panneau ouvert aux clients puisse leur permettre de coller ces petits carrés de papier coloré où ils s’épancheraient sur le talent d’un écrivain ou sur la déception engendrée par la lecture d’une oeuvre. On pourrait imaginer…tiens, pourquoi pas, la rencontre entre deux êtres qui échangeraient à travers l’affichage régulier de ces petites notes débouchant sur une belle histoire d’amitié, ou d’amour? Un sujet en or pour les scénaristes de comédies romantiques! Manque Hugh Grant et Andy Mc Dowell. Quoi que. J’ai leurs numéros de portables. Ca vous intéresse? :)

    Les post-tweets sont des herbes folles au milieu des piles rectangulaires de papier imprimé, massicoté, avec codes-barres ISBN 9782012805361 http://www.achetez-moi.com au dos. Il faudrait constituer un herbier de ces surprenantes trouvailles, avant qu’elles ne disparaissent tout à fait en raison de notre société ultra normée, cadrée, réglementée, avant que ne disparaisse ce que chacun de nous étouffe toujours un peu : sa spontanéité.

    Céladon