Chroniques

Petite revue non exhaustive des initiatives alliant plaisir de lire et solidarité

Les études linguistiques et cognitives le disent : les très jeunes enfants ont besoin, pour la structuration du langage et l’enrichissement du vocabulaire, de temps ludique autour des histoires et des livres. La langue du quotidien n’a pas la même structure que la langue du récit. L’expérience de moments de plaisir avec la langue du récit est très importante pour préparer l’enfant à l’acquisition de la lecture. Or en France aujourd’hui, 4 écoliers sur 10 sortent du CM2 avec une maîtrise imparfaite du français et payent cette lacune toute leur vie.

A l’inverse, des personnes qui maitrisaient la lecture (et l’appréciaient) peuvent au cours de leur vie voir cette activité contrariée ou empêchée par la maladie, le handicap, la vieillesse,…

Rivalisant d’engagement, d’enthousiasme, d’originalité et de détermination, de nombreuses associations en France et dans le monde mènent des actions à destination des enfants, des adolescents, ou des personnes fragilisées en faveur de la lecture.

Petite revue non exhaustive d’initiatives qui nous ont touchées.

La plupart d’entre elles s’appuient sur l’engagement de bénévoles pour mener à bien leurs actions. Sait-on jamais, ça pourrait vous donner des idées !!

Lis-relie

Lis-Relie, association d’Aix en Provence, a pour objectif d’aller dans les lieux où se trouvent les tout-petits (crèches, garderies, PMI…) pour leur lire des livres, en associant à ces lectures les parents et les différents intervenants qui y travaillent. Leur action se base sur l’idée qu’il est possible de faire découvrir aux parents l’appétence pour les livres de leurs enfants dès l’âge de 6 mois, voire plus jeune, même si les parents sont des non lecteurs, et les compétences linguistiques des enfants plus grands, en relation avec le livre.

Cette démonstration se fait au travers de lectures à voix haute, dans le plaisir du partage et dans le respect des désirs de l’enfant, sans jamais demander de « performances » d’aucune sorte en retour. Lorsque ces conditions sont respectées, il se passe des choses passionnantes dans la relation lectrice/enfants/parents.

« Dans des lieux où on ne s’y attend pas, mettons à la disposition des enfants des livres, des histoires poétiques, et les personnes les plus sérieuses s’émerveillent qu’ils  s’émerveillent. C’est la voie la plus sûre pour qu’un jour ils comprennent le monde et qu’ils aient le désir de le transformer. » Docteur René Diatkine, psychiatre et psychanalyste français.

Lire et faire lire

Lire et faire lire, créée par le romancier Alexandre Jardin en 1999, est un programme de développement du plaisir de la lecture et de la solidarité intergénérationnelle en direction des enfants fréquentant les écoles primaires et autres structures éducatives.

A la demande d’enseignants ou d’animateurs de centres de loisirs ou de bibliothèques, des bénévoles de plus de 50 ans offrent une partie de leur temps libre aux enfants pour stimuler leur goût de la lecture et favoriser leur approche de la littérature. Des séances de lecture sont ainsi organisées en petits groupes, une ou plusieurs fois par semaine, durant toute l’année scolaire, dans une démarche axée sur le plaisir de lire et la rencontre entre les générations.

11 ans après sa création, Lire et faire lire compte plus de 12 000 bénévoles qui interviennent auprès de 250 000 enfants de 2 à 6 ans. L’association a récemment lancé une campagne « Lire et faire lire X4 » visant à atteindre 1 million de bénéficiaires.

Plus d’infos : http://www.lireetfairelire.org/

Le Camion des mots

Dans l’univers de l’écriture, le Camion des mots propose une animation interactive et originale d’une trentaine de minutes pour permettre aux enfants d’apprendre et de jouer avec la langue française, ses pièges, ses règles et son histoire. Chaque année, le Camion des mots sillonne la France pour aller à la rencontre des enfants du CE2 à la 3ème.

Il offre pour chaque niveau plus de 300 jeux : énigmes, devinettes, textes à trous, …

Le Camion compte une quinzaine d’ordinateurs autour desquels les élèves sont installés par petits groupes. Ils jouent avec la lecture, le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison et l’orthographe. Les réponses argumentées sont ensuite affichées et les enfants repartent avec un carnet sur la langue française.

Plus d’infos : http://www.camiondesmots.fr/

L’AFEV (Association de la Fondation étudiante pour la ville)

Les inégalités scolaires apparaissent avant même l’âge de la scolarité obligatoire. A l’entrée du CP, d’importantes disparités existent déjà sur les capacités à s’inscrire dans un processus d’apprentissage : maîtrise du langage, rapport au livre, capacités de communication et de socialisation… Pour autant, la petite enfance est le moment où les enfants manifestent, quel que soit leur milieu social, une curiosité sans pareil à l’égard de la littérature jeunesse.

Forte de ce constat, l’AFEV a élaboré un accompagnement auprès des enfants les plus menacés d’exclusion culturelle en grande section de maternelle.

Le repérage des enfants est réalisé par les enseignants des écoles partenaires. La famille est présentée à l’étudiant qui va accompagner l’enfant. L’étudiant se rend au domicile de l’enfant une heure par semaine afin de lui lire des livres adaptés. A un autre moment de la semaine, l’étudiant et l’enfant, éventuellement accompagnés de la famille, se rendent dans la bibliothèque de quartier.

Une étude menée par l’association sur cette action (auprès des enseignants et des étudiants bénévoles) montrent que les résultats sont très encourageants :

  • Un des points forts du projet est d’avoir réussi à inscrire presque tous les enfants suivis à la bibliothèque.
  • Au fil de l’année, les enfants sont impatients de voir arriver l’étudiant et qu’il lui raconte des histoires.

http://www.afev.fr/

Association Lecture jeunesse

Depuis 1974, l’association Lecture Jeunesse a la volonté de développer la lecture auprès des adolescents et jeunes adultes, à un moment de leur vie où ils prennent conscience de leur identité, de leurs aspirations et de leurs aptitudes. La lecture peut jouer à cet âge un rôle important pour construire leur personnalité dans ses diverses dimensions culturelles, intellectuelles, humaines et sociales.

L’association agit en direction des professionnels de la médiation du livre et de la lecture : bibliothécaires, documentalistes, enseignants, travailleurs sociaux, etc.
Elle publie notamment pour eux une revue avec des choix de livres pour adolescents (sélectionnés par deux comités de lecture composés de professionnels du livre et de lecteurs confirmés qui se réunissent chaque mois). Les titres retenus constituent un véritable « parcours de lecture » qui commence par des « livres accroche », à savoir des textes sans problèmes particuliers de lecture qui peuvent constituer une première découverte d’un genre ou d’un thème. On trouve ensuite des textes un peu plus difficiles pour des lecteurs qui souhaitent passer une étape de lecture et sortir de leur références habituelles. Et enfin des ouvrages pour « lecteurs confirmés » qui demandent des compétences de lecture solides ou qui requièrent, par leur thème, une certaine maturité.
http://www.lecturejeunesse.com/index1024.php

Centre communal d’action sociale de Wasquehal (Nord)

Les personnes âgées vivant en logements-foyers souffrent parfois de déficiences visuelles ou de perte d’autonomie et se plaignent souvent de difficultés à lire. Ces troubles sensoriels et pertes de mémoire conduisent de temps en temps à l’isolement des personnes. Le CCAS de Wasquehal a donc souhaité développer un atelier de lecture en partenariat avec d’autres acteurs du secteur gérontologique. Il s’agit d’un atelier de lecture à voix haute associé à la création d’une bibliothèque dans deux établissements d’hébergement pour personnes âgées. L’objectif de cet atelier est d’aider les aînés à lire dans un contexte collectif ou individuel en leur apportant les moyens techniques et humains pour se réapproprier la lecture avec moins de difficultés. Il est par ailleurs source de socialisation, de stimulation de la mémoire et d’échanges entre les personnes.

Les bibliothèques sonores de l’association des Donneurs de Voix

120 Bibliothèque Sonore un peu partout en France, affiliées à l`Association des Donneurs de Voix, ont pour but de faire enregistrer des livres sur supports digitaux (CD au format MP3), et de les prêter gratuitement aux personnes aveugles et malvoyantes, sur place ou par correspondance dans la France entière. Le prêt et l`envoi des ouvrages (aller et retour) sont entièrement gratuits.

Plusieurs dizaines de milliers de livres sonores enregistrés sur CD au format MP3, des grands classiques aux ouvrages contemporains, sont ainsi disponibles, grâce notamment à la mobilisation de 2 000 « donneurs de voix » bénévoles qui enregistrent environ 20 000 livres par an.

L’association compte à  ce jour près de 20 000 « audio lecteurs » qui sont conseillés dans leur choix par le personnel des bibliothèques sonores.

Ce projet est destiné à rompre l’isolement des personnes atteintes de troubles visuels. Il est également l’expression de la solidarité entre celles et ceux qui ont la chance de voir et celles et ceux qui se sentent exclus par leur handicap visuel .

http://www.advbs.fr/

Lecture et compagnie

Lecture et compagnie  est une association suisse qui désire, par le biais de la lecture et de l`échange intellectuel, apporter de la chaleur humaine aux personnes qui ne sont plus « économiquement actives », mais qui le restent dans leurs choix personnels.

Les lectrices et les lecteurs de l’association prêtent leur voix sur demande – et dans toute la Suisse – pour faire partager l`émotion d`un roman, le suspense d`une enquête policière, le contenu d`un article de journal, d`une revue, d`une biographie, la passion d`un conte ou d`une bande dessinée, ou tout autre ouvrage dont le choix reste celui de l`auditeur ou de l`auditrice.
Les lectrices et les lecteurs se rendent à l`hôpital, en clinique, en maison de retraite, de convalescence, ou à domicile, où beaucoup de personnes se trouvent souvent très isolées et parfois s’ennuient, malgré le passage régulier de l`infirmière ou de l`aide ménagère.

http://www.lectureetcompagnie.ch/

Better World Books

Pour finir, une initiative originale de l’entreprise américaine Better World Books, qui a imaginé un système de revente de livres sur internet pour financer des programmes d’alphabétisation et ainsi contribuer à la lutte contre l’illettrisme. Elle est  devenue en dix ans un des principaux vendeurs d`ouvrages d`occasion au monde.

C`est une tradition sur les campus : à la fin de leur cursus, les étudiants américains revendent leurs livres de cours. Mais tous ne trouvent pas preneur. En 2002, deux jeunes diplômés de l`université Notre-Dame, dans l`Indiana, décident de proposer leurs ouvrages invendus sur le Web. L`expérience est probante et ils décident de l`étendre pour financer des actions d`alphabétisation. Afin d`inciter les étudiants à donner leurs manuels, ils placent de grands cartons de collecte dans les facs et s`engagent à reverser une partie du chiffre d`affaires à des associations.

En 2004, ils proposent leurs services aux bibliothèques américaines qui ont besoin d’argent pour acheter de nouveaux livres mais ne savent pas toujours comment vendre ceux qui ne leur servent plus. Better World Books s`en charge, en leur reversant 50 % du prix obtenu.

La société reverse 7 % de son chiffre d`affaires à des programmes d`alphabétisation dans le monde entier – soit 11 millions de dollars depuis sa création.

Better World Books reçoit chaque année entre 25 et 30 millions de livres. Son entrepôt principal, dans l`Indiana, peut stocker 4 millions d`ouvrages. Depuis quatre ans, l`entreprise est également présente au Royaume-Uni, avec un entrepôt en Ecosse. Les fondateurs cherchent encore à exporter leur modèle, mais se heurtent à la barrière de la langue. Ils envisagent aussi d`appliquer leur modèle à d`autres biens culturels, comme les CD et les DVD.

http://www.betterworldbooks.com/