A la une

« Ouvrir un manuscrit est très émouvant : on entre dans l’intimité de quelqu’un. »

Interview de Charlotte Dekoker, jurée du Prix Nouveau Talent 2015

Avant même sa sortie, Je suis là de Clélie Avit était un phénomène dans le monde littéraire. Mais avant d’être dans les librairies du monde entier, c’était un manuscrit en lice pour le Prix Nouveau Talent.

JoelleDolle_120611_CHARLOTTE-DEKOKER_157-B-web

(c) Joelle Dolle

 

Pour composer une partie du jury du Prix Nouveau Talent, la Fondation Bouygues Telecom lance un appel à candidature auprès des clients Bouygues Telecom et Metronews. Pour l’année 2015, Charlotte Dekoker faisait partie de l’aventure.

Retour sur son expérience…

 

 

Le jury du Prix Nouveau Talent est composé de 12 membres, comment l’idée vous est venue d’en faire partie ?

Je me suis d’abord intéressée au Prix Nouveau Talent en tant qu’aspirante écrivain, mais les thématiques imposées n’ont jamais collé avec ce que j’écris. J’avais également très envie de lire des manuscrits, de partir à la découverte d’œuvres brutes qui ne sont pas encore passées par le filet d’un éditeur. Enfin, cela m’intriguait beaucoup de découvrir qui sont les auteurs qui ont envie de se révéler dans la littérature française. C’est ce que je lis principalement, notamment parce que j’apprécie avant tout la façon dont un auteur travaille la langue, joue avec elle… ou se joue d’elle.

De la lecture des manuscrits jusqu’au choix du lauréat, vous avez assisté à chaque phase du projet. Pouvez-vous nous parler de cette expérience ?

Ouvrir un manuscrit est très émouvant : on entre dans l’intimité de quelqu’un. L’auteur nous propose quelque chose de personnel, qui lui a demandé du temps et représente une partie de son existence. Il remet une des choses les plus importantes de sa vie entre nos mains. La phase de lecture est évidemment très excitante, mais on ne sait pas toujours comment lire : que faut-il regarder, analyser ? Finalement, on oublie les critères professionnels parce qu’on est pris au piège de la lecture et c’est génial. La phase de discussion au sein du jury était passionnante et passionnée, car nous avons pu échanger des points de vue parfois très différents sur les trois manuscrits. J’ai eu un favori, qui m’a séduite par son humour et son second degré. C’est quelque chose qui me touche énormément en général. Cette caractéristique était présente dès la première page et n’a pas faibli tout au long de l’histoire, j’ai été totalement conquise !

Avez-vous eu des surprises lors de cette expérience ?

Les trois manuscrits m’ont surprise : ils avaient tous une personnalité et ils étaient d’une grande qualité. Mais ma plus grande surprise fut le déjeuner de délibération, tout particulièrement la confrontation des points de vue : figurez-vous que tout le monde n’était pas du même avis que moi !
Plus sérieusement, j’étais curieuse de connaitre les réactions des uns et des autres par rapport aux textes, c’est toujours agréable de pouvoir discuter de ses lectures. Finalement, mon favori n’a pas gagné le Prix, et Je suis là a été élu à la quasi-unanimité. Le texte de Clélie Avit – la lauréate – m’a impressionné par sa capacité à créer une histoire et à susciter l’émotion. Elle peut être extrêmement fière, je lui dis un grand bravo ! Ses deux dauphins aussi peuvent être fiers.

 

Lire : l’interview de Lionel, collaborateur Bouygues Telecom et membre du jury

Article sur Clélie Avit : ici &

L'Auteur

Mélanie Zumbrunn

Etudiante en Master II Communication des entreprises, Mélanie effectue son stage à la direction Communication interne de Bouygues Telecom et rédige également des billets pour la Fondation.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *